arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
(liste) (mosaique) (swipe)
.. / .. / @selection      
◀◀       3 sur 467     ►► 
Alphonse Allais constitue un cas unique dans l'histoire de la littérature française : tout le monde connaît son nom, cite parfois ses bons mots, mais qui a lu son oeuvre immense ? Humour noir, humour rose, vers, prose, maximes, fables express, calembours, rien ne lui a été étranger.

extraits:

Ces quelques pensées, quoique parfaitement innocentes, ont été frappées,
mais, rassurez les âmes sensibles, seulement du coin du bon sens.

Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.

Quand on ne travaillera plus le lendemain des jours de repos, la fatigue sera vaincue.

Il vaut mieux être cocu que veuf. Il y a moins de formalités.

Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l'avenir.

La statistique a démontré que la mortalité dans l'armée augmente sensiblement en temps de guerre.

C'est quand on serre une dame de trop près... qu'elle trouve qu'on va trop loin.

La mer est salée parce qu'il y a des morues dedans. Et si elle ne déborde pas, c'est parce que la providence, dans sa sagesse, y a placé aussi des éponges.

Plus les galets ont roulé, plus ils sont polis. Pour les cochers, c'est le contraire
allais - Les pensees 1890 (humour) (france) - 3 sur 466