arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
(liste) (mosaique) (swipe)
.. / .. / europe      
◀◀       15 sur 169     ►► 
La Place Rouge, en russe (Krasnaya Plochad) marque le centre de Moscou. Elle est bordée à l'ouest par le Kremlin; la Basilique de Basile le Bienheureux y est située.
Une traduction plus exacte de son nom russe serait la « Belle Place » : en russe ancien krasny signifie à la fois rouge et beau, et doit ici être compris dans ce dernier sens, maintenant archaïque (beau devient krasivy. L'adjectif fut d'abord appliqué à la Basilique de Basile le Bienheureux, la place elle-même étant appelée Pojar (en russe de l'incendie) jusqu'au XVIIe siècle, en référence au fait que sa création résulte de l'incendie qui ravage Moscou en 1493.
C'est une vaste esplanade rectangulaire bordée au sud par le Kremlin, au nord par le magasin Goum. À ses extrémités est et ouest (petits côtés du rectangle) se trouvent respectivement la Basilique de Basile le Bienheureux (vers la Moscova) et le Musée d'Histoire avec la Porte de la Résurrection (détruite sous Staline et récemment reconstruite).
Au centre, contre la muraille du Kremlin, se trouve le mausolée de granite rouge ou repose Lénine, embaumé après sa mort.
La Place Rouge est interdite à la circulation, mais sert de décor aux grands défilés militaires, patriotiques ou idéologiques qui étaient particulièrement prisés pendant l'époque soviétique.
Elle comporte également un monument en l'honneur de Kouzma Minine et Dmitri Pojarski, qui en 1612 libérèrent Moscou des armées polonaise durant l'Interrègne Russe.
L'emplacement de la Place Rouge était auparavant occupé par les faubourgs de la forteresse du Kremlin. Suite au grand incendie de 1493, les habitations ne sont pas rebâties et la Place Rouge devient un lieu de commerce. Le lieu devient le théâtre de grandes manifestations telles que le couronnement des tzars.
Elle fut agrandie en 1936 par la destruction de la cathédrale de Kazan et de la Porte de la Résurrection, ordonnée par Staline. Ces monuments ont été depuis reconstruits sur leur emplacement d'origine. Selon la légende, il était également prévu de détruire la Basilique de Basile le Bienheureux, mais lorsque l'architecte Lazare Kaganovitch présenta à Staline un maquette de la place sans la basilique, celui-ci lui répondit «â€…Lazare, remet-la! ».

europe-e russie moscou place rouge (sites urbains)@ - 15 sur 168
europe-e