arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
(liste) (mosaique) (swipe)
.. / .. / europe      
◀◀       7 sur 169     ►► 
VARSOVIE, 19 nov 2008 (AFP) - Vingt-et-une plaques commémoratives ont été installées au coeur de Varsovie pour marquer l'enceinte de l'ancien ghetto où, pendant la seconde guerre mondiale, les nazis avaient enfermé 450.000 juifs avant de les exterminer.
La ville de Varsovie, le ministère de la Culture et l'Institut historique juif (ZIH) ont officiellement inauguré mercredi cette initiative.
"Le 16 novembre 1940, les nazis ont enfermé les juifs de Varsovie dans le ghetto. Nous avons choisi cette date pour inaugurer le programme", a expliqué Eleonora Bergman, une responsable du projet.
"Le ghetto de Varsovie a été le plus grand ghetto sur la terre polonaise sous l'occupation nazie. Un lieu terrible d'isolement et de mort pour un tiers de la population de la ville", a déclaré la mairesse de Varsovie, Hanna Gronkiewicz-Waltz, lors de la cérémonie d'inauguration.
Les plaques ont été installées tout au long de l'enceinte initiale du ghetto, c'est-à-dire le quartier délimité en novembre 1940 par les nazis sur 307 hectares dans le centre de la capitale.
Des photos d'avant-guerre et du temps du ghetto, avec des légendes en polonais et en anglais, accompagnent les plaques.
"Ce programme a une signification particulière. C'est un moyen pour lutter contre l'amnésie, la plus grave des maladies dans la vie des sociétés", a souligné un vice-ministre de la Culture, Tomasz Merta.
"Le programme permet de rappeler l'histoire dramatique de Varsovie. Grâce à ces plaques, plus de gens seront conscients de ce que fut le ghetto de Varsovie", s'est félicité le grand rabbin de Pologne, Michael Schudrich.
Après avoir envahi la Pologne en 1939, les nazis isolèrent progressivement les juifs, qui constituaient 10% de la population du pays, dans des ghettos avant de les assassiner méthodiquement dans les camps d'extermination.
Au fur et à mesure des déportations des juifs, les Allemands ont rétréci le ghetto qui, en 1942, ne couvrait plus que quelque 100 hectares, avec 60.000 survivants.
En avril 1943, un millier de jeunes juifs du ghetto décidèrent d'attaquer les nazis pour mourir l'arme à la main plutôt que de se faire tuer sans résistance dans le cadre de "la solution finale".
Après avoir écrasé l'insurrection, les nazis rasèrent le quartier, comme ils le firent un an et demi plus tard avec pratiquement toute la ville après le soulèvement manqué de la résistance polonaise.
Il reste très peu de choses du ghetto, quelques fragments du mur, quelques bâtiments d'avant-guerre, comme ceux de la rue Prozna ou encore la synagogue Nozyk, utilisée comme une écurie par l'armée allemande.
Après la guerre, le régime communiste a largement modifié l'agencement du quartier, en y construisant partout des blocs de logements sociaux.
"Les plaques font renaître mes plus durs souvenirs, ma fuite du ghetto, la séparation avec ma mère et ma petite soeur qui y sont restés, leur mort", dit Estera Migdalska, 78 ans, venue participer à la cérémonie.
Avant la Seconde guerre mondiale, Varsovie qui comptait 1,3 million habitants était la 2e ville juive du monde après New York, avec une communauté de 380.000 personnes.
mc/mrm/juv tf
europe-e pologne varsovie ghetto (sites historiques) - 7 sur 168
europe-e