arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
(liste) (mosaique) (swipe)
.. / .. / france      
◀◀       37 sur 144     ►► 
BOULOGNE-BILLANCOURT (Hauts-de-Seine), 10 juil 2008 (AFP) - Le maire UMP de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, a présenté jeudi les grandes lignes de son projet pour l'île Seguin, qui sera "plus verte, plus ouverte, plus culturelle, plus vivante" que prévu dans le projet de la municipalité précédente.
"En trois mois, j'ai réussi à détricoter le projet précédent", défendu par l'ancien maire Jean-Pierre Fourcade, "sans pénalité, sans procès", a déclaré à l'AFP M. Baguet peu avant une conférence de presse sur le sujet.
Comme promis durant la campagne des municipales, le nouveau maire a profondément repensé l'aménagement de cette bande de terre de 11,5 hectares sur la Seine, siège des usines Renault jusqu'à leur fermeture en 1992.
Le député-maire a toutefois conservé certains éléments du précédent projet, qui bénéficiaient déjà de permis de construire. Ainsi l'Université américaine de Paris (AUP) pourra installer son campus mais "elle s'est engagée à ce que ce soit un lieu ouvert, un lieu d'échange", a déclaré M. Baguet.
De même il y aura bien un hôtel sur l'île mais ce ne sera pas un "cube impersonnel", selon le maire qui a demandé au promoteur de revoir sa copie.
A chaque pointe de l'île, sera édifié un grand équipement culturel public. D'une part, une salle de spectacles en forme de conque, qui accueillera des productions du spectacle vivant (musique, danse, théâtre, variétés) et sera financée par le conseil général des Hauts-de-Seine.
D'autre part, une galerie monumentale de très grandes dimensions pour des manifestations d'art plastique. Son coût sera pris en charge par l'Etat.
Au centre de l'île, sera créé sur 40.000 mètres carrés un pôle de bureaux tournés vers les industries culturelles, les nouvelles technologies, les médias. Cela rapportera de la taxe professionnelle, a souligné M. Baguet.
Un pôle de loisirs culturels sera développé avec la construction d'une grande halle pour accueillir divers événements (défilés de mode par exemple). Un cinéma, des librairies, des galeries d'art, des guinguettes, un restaurant haut de gamme s'installeront sur l'île.
"Tout cela sera posé sur un immense jardin d'environ 5 hectares", a ajouté le maire qui souligne que son projet est moins dense que celui de M. Fourcade. La surface constructible sera de 120.000 mètres carrés contre 175.000 mètres carrés dans le projet précédent.
M. Baguet souhaite que l'île Seguin devienne un pôle d'attraction touristique, accessible par bateau. "Mon projet est à la fois pragmatique, d'avenir et de rêve", a dit l'ancien UDF. Il tourne la page de "l'île des deux cultures" (sciences et arts), le projet qu'avait monté Jean-Pierre Fourcade après la décision spectaculaire de l'homme d'affaires François Pinault de ne pas installer sa collection d'art contemporain sur le site des anciennes usines Renault.
Pour marier les sciences et les arts, M. Fourcade espérait attirer notamment de grands organismes scientifiques (Institut national du cancer, Inserm, CNRS), une résidence pour artistes et chercheurs, une salle des musiques actuelles.
Issu de la même famille politique, M. Baguet est en froid depuis des années avec M. Fourcade qui, malgré ses 78 ans, avait présenté une candidature dissidente aux dernières municipales.
pcm/da/DS
-------------------------------------------------------
l'île Seguin, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), pourrait devenir "le plus grand jardin-musée de sculptures du monde".
"C'est un rêve ancien de Nicolas Sarkozy quand il était président du conseil général des Hauts-de-Seine", a déclaré M. Benamou dans un entretien à Libération publié mercredi.
"Ce jardin-musée de sculptures configuré par Daniel Janicot (qui dirige l'association de préfiguration de l'Ile Seguin) doit éviter le bétonnage de l'île Seguin", souligne le conseiller.
Selon ses concepteurs, le voyage muséal commencerait avec la sculpture classique au bas du parc de Saint-Cloud, puis moderne sur l'île Monsieur et enfin contemporaine sur toute l'île Seguin. Ce serait un musée à ciel ouvert, sur 13 hectares.
Il coûterait environ 200 millions d'euros. Le conseil général, les élus locaux et les collectivités locales réfléchissent au financement de ce "projet fantastique", a indiqué M. Benamou.
Les terrains autrefois occupés par les usines Renault ont fait l'objet depuis ces dernières années de plusieurs projets, dont le plus médiatisé était celui d'une fondation culturelle que voulait l'entrepreneur François Pinault. Ce collectionneur d'art avait renoncé en mai 2005 en raison, selon lui, de lourdeurs administratives et était parti pour Venise.
pcm/ff/def
eu france paris ile seguin (genie civil) - 37 sur 143
europe-o