arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
◀◀       parcours aleatoire     ►► 
3730 - testament de Louis XVI

cliquer pour agrandir



testament de Louis XVI

(25-12-1792)


documents




Louis XVI
Testament
Texte tabli par Pierre Piquet, Louis Eustache Audot, Pierre Piquet, Louis Eustache Audot, 1816 (pp. 23-26).
Au nom de la tres Sainte Trinit du Pere du fils et du St Esprit. Aujourdhui vingt cinquieme jour de Decembre, mil sept cent quatre vingt douze. Moi Louis XVIe du nom Roy de France, etant depuis plus de quatres mois enferm avec ma famille dans la Tour du Temple a Paris, par ceux qui etoient mes sujets, et priv de toutte communication quelconque, mesme depuis le onze du courant avec ma famille de plus impliqu dans un Proces, dont il est impossible de prevoir lissue a cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun pretexte ni moyen dans aucune Loy existante, nayant que Dieu pour temoin de mes penses et auquel je puisse madresser. je declare ici en sa presence mes dernieres volonts et mes sentiments.
Je laisse mon ame a Dieu mon createur, je le prie de la recevoir dans sa misericorde, de ne pas la juger dapres ses merites, mais par ceux de Notre Seigneur Jesus Christ, qui sest offert en sacrifice a Dieu son Pere, pour nous autres hommes quelquindignes que nous en fussions, et moi le premier.
Je meurs dans lunion de notre sainte Mere lEglise Catholique Apostolique et Romaine, qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de St Pierre auquel J.C. les avoit confis. je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole et les commandements de Dieu et de lEglise, les Sacrements et les Mysteres tels que lEglise Catholique les enseigne et les a toujours enseigns. je nai jamais pretendu me rendre juge dans les differentes manieres dexpliquer les dogmes qui dechire lEglise de J.C. mais je men suis rapport et rapporterai toujours si Dieu maccorde vie, aux decisions que les superieurs Ecclesiastiques unis a la Sainte Eglise Catholique, donnent et donneront conformement a la discipline de lEglise suivie depuis J.C. je plains de tout mon cur nos freres qui peuvent estre dans lerreur, mais je ne pretends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en J.C. suivant ce que la charit Chretienne nous lenseigne.
Je prie Dieu de me pardonner tous mes pechs. jai cherch a les connoitre scrupuleusement a les detester et a mhumilier en sa presence, ne pouvant me servir du Ministere dun Prestre Catholique. je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faitte et surtout le repentir profond que jai davoir mis mon nom, (quoique cela fut contre ma volont) a des actes qui peuvent estre contraires a la discipline et a la croyance de lEglise Catholique a laquelle je suis toujours rest sincerement uni de cur. je prie Dieu de recevoir la ferme resolution ou je suis sil maccorde vie, de me servir aussistost que je le pourrai du Ministere dun Prestre Catholique, pour maccuser de tous mes peches, et recevoir le Sacrement de Penitence.
Je prie tous ceux que je pourrois avoir offenss par inadvertence, (car je ne me rappelle pas davoir fait sciemment aucune offense a personne) ou ceux a qui jaurois put avoir donn de mauvais exemples ou des scandales de me pardonner le mal quils croyent que je peux leur avoir fait
Je prie tous ceux qui ont de la Charite dunir leurs prieres aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes peschs.
Je pardonne de tout mon cur, a ceux qui se sont fait mes ennemis sans que je leur en aie donne aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de mesme que ceux qui par un faux zele, ou par un zele mal entendu mont faits beaucoup de mal.
Je recomande a Dieu, ma femme, mes enfants, ma Sur, mes Tantes, mes Freres, et tous ceux qui me sont attachs par les Liens du Sang, ou par quelquautre maniere que ce puisse estre. je prie Dieu particulierement de jetter des yeux de misericorde, sur ma femme mes enfants et ma Sur qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grace sils viennent a me perdre, et tant quils resteront dans ce monde perissable.
Je recomande mes enfants a ma femme, je nai jamais doutt de sa tendresse maternelle pour eux, je lui recomande surtout den faire de bons Chretiens et dhonnestes hommes, de leur faire regarder les grandeurs de ce monde ci (sils sont comdamnes a les eprouver) que comme des biens dangereux et perissables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire solide et durable de lEternit. je prie ma Sur de vouloir bien continuer sa tendresse a mes enfants, [mots raturs], et de leur tenir lieu de Mere, sils avoient le malheur de perdre la leur.
Je prie ma femme de me pardonner tous les maux quelle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrois lui avoir donns dans le cours de notre union, comme elle peut estre sure que je ne garde rien contre elle, si elle croioit avoir quelque chose a se reprocher.
Je recomande bien vivement a mes enfants, apres ce quils doivent a Dieu qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obeissants a leur Mere, et reconnoissants de tous les soins et les peines quelle se donne pour eux, et en memoire de moi. je les prie de [mot ratur] regarder ma Sur comme une seconde Mere.
Je recomande a mon fils sil avoit le malheur de devenir Roy, de songer quil se doit tout entier au bonheur de ses Concitoyens, quil doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommement tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que jeprouve. quil ne peut faire le bonheur des Peuples quen regnant suivant les Loix, mais en mesme temps quun Roy ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cur, quautant quil a lautorit necessaire, et quautrement etant li dans ses operations et ninspirant point de respect, il est plus nuisible quutile.
Je recomande a mon fils davoir soin de touttes les personnes qui metoient attaches, autant que les circonstances ou il se trouvera lui en donneront les facults, de songer que cest une dette sacre qui jai contracte envers les enfants ou les parents de ceux qui ont peris pour moi, et ensuitte de ceux qui sont malheureux pour moi je scai quil y a plusieurs personnes de celles qui metoient attaches qui ne se sont pas conduittes envers moi comme elles le devoient, et qui ont mesme montrs de lingratitude, mais je leur pardonne, (souvent dans les moments de troubles et deffervescence on nest pas le maitre de soi) et je prie mon fils sil en trouve loccasion de ne songer qua leur malheur.
Je voudrois pouvoir temoigner ici ma reconnoissance a ceux qui mont montrs un veritable attachement et desintress. dun cost si jetois sensiblement touch de lingratitude et de la deloyaut de gens a qui je navois jamais temoigns que des bonts, a eux a leurs parents ou amis, de lautre jai eu de la consolation a voir lattachement et linterest gratuit que beaucoup de personnes mont montres. je les prie den recevoir tous mes remerciments, dans la situation ou sont encore les choses, je craindrois de les compromettre, si je parlois plus explicitement mais je recomande specialement a mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconoitre.
Je croirois calomnier cependant les sentiments de la Nation si je ne recomandois ouvertement a mon fils Mrs de Chamilly et Hue, que leur veritable attachement pour moi, avoit port a senfermer avec moi dans ce triste sejour, et qui ont penss en estre les malheureuses victimes. je lui recomande aussi Clery des soins duquel jai eu tout lieu de me louer depuis quil est avec moi comme cest lui qui est rest avec moi jusqua la fin, je prie Mrs de la Commune de lui remettre mes hardes mes livres, ma montre ma bourse, et les autres petits effets qui ont ests deposs au Conseil de la Commune.
Je pardonne encore tres volontiers a ceux qui me gardoient, les mauvais traitements et les genes dont ils ont cru devoir user envers moi. jai trouv quelques ames sensibles et compatissantes, que celles la jouissent dans leur cur de la tranquillit que doit leur donner leur faon de penser.
Je prie Mrs de Malesherbes Tronchet et de Seze, de recevoir ici tous mes remerciments et lexpression de ma sensibilit, pour tous les soins et les peines quils se sont donns pour moi.
Je finis en declarant devant Dieu et pret a paroitre devant lui que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancs contre moi. Fait double a la tour du Temple le 25 Decembre 1792. Louis