arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique 1 - 2 / cinema / photographie / lieux / histoire / documentation /
sites : naturels / archeologiques / religieux / militaires / industriels / monuments / genie-civil / insolite

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Rungis - le marche d'interet national

Rungis - le marche d'interet national

Le Marché d'intérêt national de Rungis a réussi à résister à l'explosion de la grande distribution et à conserver son rang de premier grossiste de produits frais au monde.
A Rungis, ce sont 30.000 personnes qui chaque jour vendent, achètent, préparent, transportent en moyenne 6.000 tonnes de fruits, de légumes, de viande, de poissons et de produits laitiers (soit 1,5 million de tonnes par an). Et en période de fêtes, les secteurs de la volaille, des produits de la mer, peuvent doubler leurs volumes, selon la Semmaris, la société d'économie mixte qui gère Rungis.
Marché de gros, Rungis s'adresse avant tout aux petits commerçants en magasin ou sur les marchés, aux métiers de bouche, ainsi qu'aux restaurateurs. Et le MIN a bien résisté à l'explosion de la grande distribution et à la disparition des petits commerces qui s'approvisionnent essentiellement à Rungis.
Même si la grande distribution contribue pour environ 10% au chiffre d'affaires de Rungis, cela "ne compense pas la diminution du commerce de détail", Ce qui le compense, ce sont les nouveaux clients, ceux de la "restauration hors domicile (restaurants, restauration collective, NDLR) qui n'est pas servie par la grande distribution, et l'exportation qui représente 10% du chiffre d'affaires de Rungis, soit près de 800 millions d'euros",
Avec 7,6 milliards d'euros de chiffres d'affaires, "Rungis, capitale mondiale du frais", est "incontestablement le premier marché du monde",
Rungis a la particularité d'être "proche de l'agglomération parisienne, une agglomération mondiale" (11 millions de consommateurs en Ile-de-France), En outre, la France est un pays "producteur" et, par "tradition gastronomique", également "consommateur de produits frais", ce qui explique les volumes qui transitent par le MIN et son chiffre d'affaires.
Enfin, l'un des atouts de Rungis est de regrouper en un seul lieu tous les produits frais. Une diversité de l'offre qui est "un atout considérable que beaucoup de marchés monospécialisés nous envient à travers le monde", ajoute M. Spielrein.
Par ailleurs la conception même de Rungis en tant que marché de gros d'envergure nationale sert de modèle à des marchés à l'étranger et les professionnels du MIN sont régulièrement interrogés, actuellement notamment par la Russie, "sur l'organisation de marchés de distribution alimentaire et l'organisation des marchés de gros".
Les festivités du 40è anniversaire vont durer près d'un an avec des animations dans les différents secteurs, des actions pédagogiques, pour finir par la réunion, fin septembre 2009, de l'Union mondiale des marchés de gros et les 4ème entretiens de Rungis.
cb/mw/etr

48.7613,2.3548 europe-o
Paris - La Samaritaine convertie en hotel de luxe

Paris - La Samaritaine convertie en hotel de luxe

Le projet de rénovation consiste à adapter à des usages contemporains une partie des anciens magasins de la Samaritaine (bâtiments 2 et 4) ainsi que les immeubles de logements existants de la rue de l’Arbre- Sec, situés dans l’îlot Rivoli.

Identitaire de la nouvelle Samaritaine, la mixité est déclinée sous toutes ses formes : mixité des fonctions, mixité des formes architecturales et des logiques constructives, diversité sociale et intergénérationnelle.

La cohabitation est unique à Paris dans un même ensemble immobilier d’une clientèle d’hôtel 5 étoiles, de familles locataires des logements sociaux, d’enfants de la crèche, de salariés des commerces et bureaux, de clients français et étrangers.

26 400 m2 de commerces et services

7 000 m2 hors œuvre nette de logements sociaux, soit 96 logements.

Une crèche de 60 berceaux

Près de 20 000 m2 de bureaux aux standards internationaux

Un hôtel de prestige « Cheval Blanc » de 72 chambres et suites

48.859777638817434,2.3426530305885196 europe-o
Paris - emplacement de l'ancien Vel d'hiv (Velodrome d'hiver)

Paris - emplacement de l'ancien Vel d'hiv (Velodrome d'hiver)

Le vélodrome d’Hiver de Paris a été érigé en 1909 et détruit en 1959. On l'appelait familièrement le Vél’ d'Hiv’.
Au début du XXe siècle, la compétition cycliste devient un spectacle de masse prisé par la population ouvrière des villes. La construction des vélodromes participe à cette vogue. Dès 1902, Henri Desgrange demande à l'architecte Gaston Lambert d'aménager la Galerie des Machines, vestige de l'Exposition universelle de 1889 situé dans le quartier de Grenelle, pour y créer une piste de compétition cycliste. Inauguré le 20 décembre 1903, le vélodrome connaît rapidement un grand succès populaire. Mais en 1909, la ville annonce la destruction de la Galerie des Machines afin de libérer la perspective vers le Champ de Mars. Desgrange décide alors d'édifier tout à côté, à l'angle du boulevard de Grenelle et de la rue Nélaton, un nouveau temple du vélo. Dans le nouveau Vel' d'Hiv' qui voit alors le jour, 17 000 spectateurs, sur des gradins de briques et de béton, peuvent observer les coureurs qui parcourent une piste de sapin de 250 mètres de long autour d'une vaste pelouse centrale. La salle est éclairée par une immense verrière zénithale et plus de mille ampoules.
De nombreuses manifestations animèrent cet équipement. La fameuse course cycliste des Six jours de Paris, créée en 1913 à l'exemple d'une course américaine équivalente, connut son heure de gloire dans l'entre-deux-guerres, et devint vite le sommet de la saison cycliste. En 1926 commença l'élection de la Reine des 6 jours, chargée de donner le départ de la course ; les Reines étaient choisies dans le milieu des artistes populaires à la mode : Édith Piaf, Annie Cordy, Yvette Horner furent ainsi Reines des 6 jours. L'animation se répandait alors de jour comme de nuit jusque dans les rues du quartier.
L'après-guerre y vit l'organisation de tournois de boxe avec Marcel Cerdan ou Sugar Ray Robinson par exemple, d'épreuves équestres, et même de défilés de mode.

À partir des 16 et 17 juillet 1942, c'est là que furent détenus plusieurs jours dans des conditions très précaires les milliers de victimes juives de la rafle du Vél d'Hiv.
Le Vélodrome fut détruit en 1959.
------------------------------------------------------
La rafle du Vélodrome d'Hiver (16-17 juillet 1942), souvent appelée rafle du Vel' d'Hiv, est la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. En juillet 1942, le régime nazi organise l'opération « Vent Printanier » : une énorme rafle de Juifs dans plusieurs pays européens. En France, le régime de Vichy mobilise la police française pour participer à l'opération: à Paris, 9 000 policiers et gendarmes rafleront les Juifs. Le 17 juillet, en fin de journée, le nombre des arrestations dans Paris et la banlieue était de 13 152, selon les chiffres de la préfecture de police.

48.8528,2.2892 europe-o
pic du midi d'Ossau

pic du midi d'Ossau

Surnommé le Jean-Pierre, le pic du Midi d'Ossau (en gascon lo pic de Mieidia d'Aussau) est un sommet des Pyrénées françaises (Pyrénées-Atlantiques) dont la forme caractéristique rappelle celle d'une dent. Son altitude est de 2 884 mètres.
Sa forme et son isolement le rendent particulièrement visible et reconnaissable depuis les plaines d'Aquitaine.
Il est l'emblème de la vallée d'Ossau, de Pau et de la Section paloise, principal club béarnais de rugby à XV, ainsi que de nombreuses entreprises béarnaises l'ayant choisi pour réaliser un logo.
42.8432,-0.4358 europe-o
Amiens - les hortillonnages

Amiens - les hortillonnages

Le terme Hortillonnage dérive du nom Hortillon, terme picard utilisé dès le XVe siècle et issu du bas latin hortellus, « petit jardin », diminutif du latin classique hortus, « jardin ». Il désigne en Picardie des marais entrecoupés de canaux, où l'on pratique la culture maraichère.

Les hortillonnages d'Amiens sont un espace de 300 hectares d'anciens marais situé à l'est d'Amiens, comblés (probablement à l'époque Gallo-Romaine) pour créer des champs utilisables pour la culture maraîchères.

Cette activité est en fort déclin depuis les années 1950. Il ne reste plus aujourd'hui qu'une dizaine de maraichers qui exploitent 25 hectares, le reste des hortillons s'étant progressivement transformé en terrains de loisirs et de résidences secondaires, ainsi qu'en friches qui sont occupées par de nombreuses espèces sauvages qui y nichent, s'y reproduisent ou s'y nourrissent : c'est un espace d'une grande richesse écologique.

49.8954,2.3198 europe-o
Esnandes - peche au carrelet su la cote atlantique

Esnandes - peche au carrelet su la cote atlantique

La pêche au carrelet est très pratiquée sur les côtes de Charente-Maritime et dans les estuaires de la Charente et de la Gironde. Elle est aussi pratiquée sur les côtes escarpées de la Vendée et jusqu'à l'embouchure de la Loire mais dans ces régions cette tradition a tendance à s'estomper.
Le carrelet est un filet carré d'une superficie de quelques mètres carrés tendu sur une armature plane et descendu horizontalement au moyen d’un treuil depuis un ponton qui avance en mer et sur lequel est généralement construit un abri, voire un petit logement. Après quelques minutes d'attente, pour dissipation du trouble causé par la descente, le filet est remonté assez rapidement, emprisonnant en principe les poissons qui se trouvaient entre lui et la surface (un appât "boît" peut être placé en son centre).
C'est une pêche très réglementée en raison de la construction d'un ponton sur le domaine maritime.
Sur 600 détruits par la tempête de décembre 1999, 450 des carrelets charentais ont pu être reconstruits en respectant certaines directives "tout bois, toit en tôle possible". Pendant Xynthia (26 février 2010) de nombreux carrelets furent à nouveau détruits.
46.25232546711522, -1.1410808564687613 europe-o
Saint-Martin de Ré - la Cité fortifiée de Vauban

Saint-Martin de Ré - la Cité fortifiée de Vauban

Faisant face à La Rochelle, l'île de Ré eut à subir à plusieurs reprises les assauts des soldats anglais. Soucieux de protéger les accès de La Rochelle et de Rochefort, Vauban entreprend en 1681 de renforcer les défenses de l'île par la construction d'une citadelle et d'une enceinte fortifiée à Saint-Martin-de-Ré, sur sa côte Nord.

Érigée à l'emplacement d'une forteresse dont les travaux avaient été entrepris en 1627, la citadelle, de plan carré, occupe la partie est de la ville. Son système de défense se compose de quatre bastions, trois demi-lunes et une contre-garde bordés d'un fossé et d'un chemin couvert. Elle abritait un arsenal, des magasins à vivres et à poudre, des casernes et logements d'officiers... La citadelle ouvre sur la mer par un petit port fortifié. À partir de 1873, elle devient une étape pour les condamnés au bagne en instance de départ pour la Nouvelle-Calédonie, jusqu'en 1897, puis la Guyane, jusqu'en 1938. Elle demeure aujourd'hui une prison pour plus de 400 détenus et ne se visite pas.

Illustration du premier système de Vauban adapté à un site de plaine, le dispositif est accompagné d'une vaste enceinte fortifiée permettant d'héberger la population de l'île, soit quelque 16 000 habitants, ainsi que le bétail, et de stocker vivres et fourrages en cas d'attaque ennemie. En arc de cercle côté terre, elle comporte bastions, demi-bastions à orillons, demi-lunes et contre-garde. Deux portes monumentales, la porte Toiras et la porte des Campani, en constituent les points d'accès. Également bordée d'un fossé et d'un chemin couvert, elle est en outre entourée d'un glacis, plan dégagé incliné vers l'extérieur des remparts d'une portée de canon.

46.2029,-1.3667 europe-o
Eden Roc - l'hotel des stars au Cap d'Antibes

Eden Roc - l'hotel des stars au Cap d'Antibes

L’hôtel Eden-Roc est situé à l’extrême pointe du Cap d’Antibes, à mi-chemin entre Cannes et Nice.
Cet hôtel mythique de la Côte d’azur est niché dans un parc de 9 hectares au bord de la mer Méditerranée. Il offre une magnifique vue sur les Îles de lérins et un cadre à couper le souffle.

Ce bâtiment, dans le plus pur style Napoléon-III, a d’abord été baptisé "Villa Soleil", avant de devenir le mythique Grand Hôtel du Cap en 1889.
Il a accueilli nombre de têtes couronnées avant d’attirer les stars du monde entier.

Un hôtel de prestige

L'hôtel se compose de trois bâtiments : l'aile principale, la résidence Les Deux Fontaines et l'aile d'Eden Roc regroupant les suites, dont chacune possède sa terrasse privée.

L'hôtel Eden-Roc doit son prestige non seulement à son cadre exceptionnel mais aussi à un ensemble de services haut de gamme.
L’établissement, qui donne le bord de mer, dispose d’un pilier privé d'amarrage pour les visiteurs arrivant par bateau.
Il possède aussi une spectaculaire piscine d’eau de mer chauffée à débordement.

Le service en chambre est assuré 24 heures sur 24. L’hôtel propose des coffres individuels à la réception, un service de baby sitting, un service de repassage et de nettoyage complet, un parking souterrain avec service, mais aussi un salon de coiffure et un centre de “bien-être” (avec fitness, massages, soins du corps et du visage, Hammam et sauna etc...).

Les équipements de loisir comprennent un terrain de pétanque et 5 terrains de Tennis en terre battue.

Le palace des stars

Nombre de célébrités ont autrefois séjourné à l’hôtel Eden-Roc : Douglas Fairbank, Ernest Hemingway, Marlene Dietrich, Rita Hayworth, Picasso ou encore la famille Kennedy.

Aujourd’hui, cet établissement mythique accueille des stars comme Madonna, Sharon Stone, Patricia Arquette ou Robert de Niro.
Les plus grands acteurs, de Johnny Depp à Catherine Deneuve ont à cœur de retrouver cet éden paisible après le Festival de Cannes et ses folles soirées.

43.5446,7.1199 europe-o
Glanum - site archeologique gaulois

Glanum - site archeologique gaulois

Glanum était une cité antique de l'empire romain située près du village de Saint-Rémy-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône. Elle a connu son apogée à l'époque du premier empereur romain Auguste. Son développement s'est appuyé sur la protection des reliefs des Alpilles, la présence d'une source (sacrée) et le voisinage de la Voie Domitienne.

La ville repose sur plusieurs strates d'occupation : période gauloise, puis période hellénistique, et enfin période romaine.

La ville remonte au Premier Âge du Fer, avec un aménagement de pente au-dessus d'une source que l'on suppose avoir été très tôt un lieu de culte (associé au dieu Glan ou Glanis). De plus, les falaises et les collines proches formaient des remparts naturels, ce qui était à l'époque un atout défensif. La ville se développe considérablement au cours du IIe siècle av. J-C. Le sanctuaire est protégé par une enceinte mais la ville s'étend plus largement en direction des Antiques. Le peuple des Glaniques appartenait à la confédération des Salyens.

Dans les derniers temps de l'indépendance, de véritables constructions de type grecs, directement inspirés de Marseille, sont édifiées : maisons à péristyle, temple, puits à dromos, ... L'imitation est telle que l'on trouve également un bouleutérion et un prytanée. L'ensemble, encore de nos jours bien préservé, à pu faire croire à une occupation de la ville par les Marseillais. Il semble au contraire que la confédération des Salyens ait connu là ses derniers feux, peut-être entre la prise d'Entremont en 125/124 et le triomphe de Caecilius sur les Salyens daté de 90 av. J.-C.
Stèles du site de Glanum (autels votifs dédiés à Hercule).

Les Romains, après avoir vaincu les Gaulois, se sont installés dans la ville qui devint Glanum (en latin). Ils y créèrent un réseau important d'adduction en eau avec des canalisations en plomb ainsi qu'un vaste réseau d'assainissement par des égouts, des temples en l'honneur de l'empereur et de la famille impériale, des thermes, une basilique, une curie, un forum, et ont continué de vénérer la source où les vétérans des légions venaient se faire soigner de leurs blessures. En effet, les médecins romains déclarèrent que l'eau était "magique" et qu'elle soignait le corps. Agrippa lui-même vint y faire soigner sa jambe, et en remerciement fit construire un temple.

La ville connut une période de prospérité, jusqu'au jour où les "barbares" ont saccagé la ville ; elle fut alors abandonnée, et ses pierres furent utilisées pour construire la ville voisine de St Rémy de Provence. Glanum fut redécouverte par les archéologues au XXe siècle, et fut restaurée pour permettre de la faire visiter au public.

43.7739,4.8330 europe-o
Saint-Tropez les Parcs - residences des grandes fortunes

Saint-Tropez les Parcs - residences des grandes fortunes

Bernard Arnault, Vincent Bolloré, Albert Frere, Daniel Hechter, Giorgio Armani, Mohamed Al-Fayed, Francois Pinault, Eddy Mitchell

43.27362774171026, 6.683228015899658 europe-o