arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics arpoma.com (art actualite histoire lieux)
  • .. / .. / 2008       autres -


    JULIETTE - aller sans retour

    Ce que j´oublierai c´est ma vie entière,
    La rue sous la pluie, le quartier désert,
    La maison qui dort, mon père et ma mère
    Et les gens autour noyés de misère
    En partant d´ici
    Pour quel paradis
    Ou pour quel enfer?
    J´oublierai mon nom, j´oublierai ma ville
    J´oublierai même que je pars pour l´exil

    Juliette Noureddine, plus connue sous le nom de scène de Juliette, née le 25 septembre 1962 dans le 17e arrondissement de Paris, est une chanteuse, parolière et compositrice française.
    Le grand-père de Juliette, d'origine kabyle (Algérie)1, est arrivé en France dans les années 1920 ; son père, Jacques Noureddine, est saxophoniste2. Juliette fait ses débuts à Toulouse. Après avoir passé son adolescence dans une institution religieuse, puis s'être essayée à la faculté de lettres et ensuite de musicologie, elle se produit dans les bars et les restaurants toulousains comme pianiste, interprétant Jacques Brel ou Édith Piaf.
    En 1985, puis en 1986, elle est présente aux Découvertes du Printemps de Bourges, festival représentant de jeunes talents. En 1989, elle fait la première partie de Gilbert Laffaille au Printemps de Bourges. Après une tournée en Allemagne, elle fait la première partie de Jean Guidoni en 1990. C'est à cette occasion qu'elle rencontre Pierre Philippe. Elle reçoit le Grand prix de la chanson française à Sarrebruck.

    Il faut du courage pour tout oublier
    Sauf sa vieille valise et sa veste usée
    Au fond de la poche un peu d´argent pour
    Un ticket de train aller sans retour
    Aller sans retour

    J´oublierai cette heure où je crois mourir
    Tous autour de moi se forcent à sourire
    L´ami qui plaisante, celui qui soupire
    J´oublierai que je ne sais pas mentir

    Au bout du couloir
    J´oublierai de croire
    Que je vais revenir
    J´oublierai, même si ce n´est pas facile,
    D´oublier la porte qui donne sur l´exil

    Il faut du courage pour tout oublier
    Sauf sa vieille valise et sa veste usée
    Au fond de sa poche un peu d´argent pour
    Un ticket de train aller sans retour
    Aller sans retour

    Ce que j´oublierais... si j´étais l´un d´eux
    Mais cette chanson n´est qu´un triste jeu
    Et quand je les vois passer dans nos rues
    Étranges étrangers, humanité nue
    Et quoi qu´ils aient fui
    La faim, le fusil,
    Quoi qu´ils aient vendu,
    Je ne pense qu´à ce bout de couloir
    Une valise posée en guise de mémoire
      [atlas]   [google-map]   plein cadre
ce site en: anglais / allemand / espagnol / chinois / russe / arabe

jeudi 19 juillet 2018 - 04h03
  • aujourd'hui
    situation aujourd'hui